Science & Culture

le concept de l’appropriation culturelle

De nombreux débats tournant autour de ce concept universitaire devenu populaire sur les réseaux sociaux se sont répétés. On le retrouve dans le cinéma, la musique même dans la mode.

Lors de la sortie de leur 23e album au début du mois de décembre intitulé Blue & Lonesome, un album composé de vieilleries blues, les Rolling Stones étaient confrontés à une accusation méconnue pendant leur carrière, mais limitée à tout artifice mondialisé « l’appropriation culturelle » un vrai concept fustigé au cours de l’année 2016.

Il y a 50 ans où Muddy Watters avait traité de voleurs les anglais qui avaient rétabli le mal-être noir en bande son épicurien pour baby-boomeurs blancs. Mais cette colère manifestée par Waters fut méjugée.

Mais c’est au tour de Keith Richards de donner des explications « je considère que le blues ne comporte aucune couleur», réagit il à Rolling Stone, en novembre. Et de se retrouver dans un bourbier en parlant des «esclaves blancs» et sa conception d’un rockeur aussi «noir que le putain d’as de pique»….

Au festival de littérature de Brisbane qui est le plus important événement organisé en septembre, Lionel Shriver, écrivaine américaine vêtue d’un sombrero impressionnant déclare « Je crois que le concept d’appropriation culturelle est une tendance momentanée ».

Celle-ci déclarait qu’elle avait le droit d’écrire sur tout et n’importe quelle culture et d’en donner son point de vue, même si les cela peut choquer certaines personnes sensibles. Un message qui avait poussé plusieurs militants de la lutte contre le racisme à quitter la salle même les tribunes..

Le sombrero

L’auteure avait porté le sombrero pour soutenir deux étudiants de Bowdoin College dans le Maine. Ces derniers avaient été, en début d’année parce qu’ils avaient organisé une «Tequila Party» un événement où les participants avaient porté des chapeaux mexicains. Une attitude qui avait été critiquée par les associations étudiantes et les autorités éducatives considérant que cette «appropriation culturelle» la reléguait à un carnaval raciste.

Alors qu’il fut longtemps réservé aux colloques universitaires, ce concept ajouté à celui de micro agression est maintenant un sujet qui choque sur les campus américains depuis plusieurs années.

Article précèdent
Aude
Aude. Je vis à Foix. Créatrice de ce site internet pour vous tenir informés sur l'actualité de notre magnifique région !